La revalorisation des retraites, un acquis social pour Eric Woerth

Partagez

retraites, woerth, revalorisation, pensions, desindexation

Le député UMP, à la manœuvre lors de la réforme des retraites de 2010 du gouvernement Fillon, appelle à un nouveau recul de l'âge légal de départ, à 63 ou 64 ans d'ici à 2030, puis à 65 ans en 2040. L'ancien ministre est opposé à une désindexation des pensions.

 

Eric Woerth ne veut pas entendre parler d'une revalorisation des pensions des retraites inférieures à l'inflation. Interrogé par Les Echos sur les projets du gouvernement qui n'exclut pas de décider une désindexation des pensions par rapport à l'inflation afin de combler les déficits des régimes de retraite, l'ancien ministre du Budget et du Travail a fait part de sa plus vive opposition.
« Ce serait un précédent très grave. Il faut refuser de faire du montant des pensions la variable d'ajustement du système de retraites. Cela conduirait à une paupérisation des retraités qui serait insupportable. Et on peut douter que cette mesure ne soit que provisoire », estime le député UMP de l'Oise qui craint une mesure pérenne et insuffisante pour régler les problèmes de financement des retraites.

Age de départ : 65 ans à horizon 2040

L'élu, membre de la commission des finances de l'Assemblée nationale, plaide en revanche pour un nouveau report de l'âge du départ, fixé à 62 ans en 2017 par la réforme qu'il a menée en 2010. « On doit d'ores et déjà prévoir ce qui se passera au-delà de cette date. Il est évident qu'il faudra passer à 63 ou 64 ans d'ici à 2030, à 65 ans à l'horizon de 2040, tout en augmentant de manière régulière la durée de cotisation », actuellement fixée à 166 trimestres soit 41 années et demie. Le ministre a par ailleurs écarté toute idée d'augmentation des cotisations.
Eric Woerth s'est également déclaré « favorable » à un régime de retraite universel par point, qui « permettrait en particulier de fusionner les régimes de la fonction publique et ceux du secteur privé ».
« Les Français ne comprennent pas que la pension des fonctionnaires soit calculée sur la base des six derniers mois de salaire, au lieu des 25 meilleures années dans le privé. Ils le vivent comme une injustice. Nous avons déjà engagé un rapprochement en 2010, en harmonisant les taux de cotisation. Il faut aller plus loin », a considéré le ministre.

La réforme des retraites doit faire l'objet d'une concertation au printemps 2013. Un projet de loi doit ensuite être déposé par le gouvernement en vue d'une adoption au plus tard en 2014.

 

Pour aller plus loin sur la réforme des retraites
« La désindexation des pensions de retraite est inévitable »
Le Medef veut une réforme plus tôt

 

Pensions

des pièces de monnaie 

LE CALENDRIER 2014 DES VERSEMENTS :

- de la CNAV

- de l'AGIRC-ARRCO

- de la MSA

- du RSI

- du SRE et de la CNRACL

Simulateur

Réseaux Sociaux