Chômeurs non indemnisés : Cartes sur table propose des formations ouvrant des droits pour la retraite

Partagez

retraite, pole, emploi, chomeurs

Le groupe de pensée Cartes sur table demande que tous les chômeurs puissent accumuler des droits à la retraite pendant leurs périodes de formation « au même titre que les périodes d'activité ». Dans ses « 100 propositions pour les 100 jours », le think tank de gauche préconise ainsi la création d'une « allocation formation continue professionnelle » (AFCP) à destination des chômeurs non indemnisés.

Mettre fin à « la double peine », c'est la requête du groupe de pensée Cartes sur table concernant le sort des chômeurs non indemnisés. Dans ses « 100 propositions pour les 100 jours » (les 100 premiers jours de Présidence de François Hollande, NDLR), le groupe de réflexion, visant à donner la parole à de jeunes économistes se revendiquant de gauche, déplore le manque d'adaptation dont fait actuellement preuve le système de prise en charge du chômage, particulièrement pour les 1,6 millions de chômeurs, soit 4 sur 10 qui ne cotisent pas pour leur retraite.

Création d'une « allocation formation continue professionnelle »

Dans un monde en « complète mutation », Cartes sur table estime que les besoins du marché ne sont pas suffisamment pris en compte dans le traitement et le suivi des chômeurs. Il dresse deux constats justifiant selon lui une remise en question du système actuel : les parcours des travailleurs sont de moins en moins linéaires et près d'un chômeur sur deux n'est pas indemnisé. De plus, la formation professionnelle est « plus que jamais nécessaire » pour s'adapter au marché. Conséquence pour ces chômeurs : ces derniers souffrent doublement du fait de longues périodes de chômage non indemnisées et, « quand vient l'âge de la retraite, ils se retrouvent avec le seul minimum vieillesse du fait du trop faible nombre de trimestres durant lesquels ils ont pu cotiser ». Afin de pallier ce problème, Cartes sur table préconise de créer une « allocation formation continue professionnelle ». Ce système de « formation professionnelle et continue, rémunérée et donnant lieu à l'accumulation de droits à la retraite au même titre que les périodes d'activité » représenterait selon le groupe de pensée la solution aux maux du chômage non indemnisé.

Coût de 766 millions d'euros

Destinée à réinsérer les chômeurs dans le monde du travail et à se substituer à l'allocation chômage, l'AFCP serait prise en compte dans le calcul des droits à la retraite. Cette aide prendrait la forme d'une indemnisation équivalente au revenu de solidarité active (RSA) - de 467 euros aujourd'hui pour un individu seul et sans enfant - mais également d'un versement par l'Etat de 6,75% de cette allocation aux caisses de retraite afin de leur permettre de cotiser durablement. Cartes sur table précise que ces indemnisations seront assorties de conditions strictes pour le demandeur d'emploi, qui serait obligé d'accepter l'ensemble des formations proposées.

Précisant que le coût pour les caisses de l'Etat se limiterait à 766 millions d'euros (16 millions pour les actuels titulaires du RSA, 750 millions pour les chômeurs non indemnisés), Cartes sur table avance plusieurs pistes pour financer cette mesure. Ainsi 460 millions d'euros pourraient ainsi être gagnés via la suppression de l'abattement de 15% sur les cotisations sociales versées par les particuliers employeurs ; un rabot de 10% sur la dépense fiscale pour les emplois à domicile rapportant quant à lui 300 millions d'euros. Dernière piste envisagée pour financer l'AFCP, le plafonnement des pensions de retraite pour les plus hauts salaires pour une meilleure redistribution dans le système de retraite.

Pour aller plus loin
Les chômeurs seniors toujours plus nombreux
Le cumul emploi-retraite en nette hausse 

 

réforme des retraites

Notre guide à télécharger
 

Retraites, guide gratuit à télécharger

Simulateur

mes finances tv

 

Pensions

des pièces de monnaie 

LE CALENDRIER 2014 DES VERSEMENTS :

- de la CNAV

- de l'AGIRC-ARRCO

- de la MSA

- du RSI

- du SRE et de la CNRACL

Réseaux Sociaux